La traite négrière a vu plus de 11 millions d'africains déportés entre les 16ième et 19ième siècles vers les colonies d'Amérique du sud et les Caraïbes.

Aujourd'hui une journée commémorative est instaurée par l'état français ! alors qu'ici c'est le 10 juin qui marque ce souvenir.

Je propose à votre reflexion ce texte lu ce matin sur www.blada.com

7 mai 1691
« Le 7 mai j'ai appris la mort d'un Nègre qui était à la pêche avec les Français vers Sinnamary ; si j'eusse eu connaissance de sa maladie, je n'aurais pas manqué de lui donner les sacrements. Je ferai reproche au maître de ne m'en avoir pas donné avis, mais je m'attends bien qu'il me dira ce que disent ordinairement les Français, qu'ils ont été surpris et qu'ils ne croyaient pas qu'il fusse si malade. Il y a bien de la négligence en leur fait, mais il y a souvent de la surprise, les Nègres étant d'une composition si robuste qu'on les voit étant malades marcher le matin et mourir le soir. Ils se plaignent peu, parce que la rigueur avec laquelle on les traite fait qu'ils n'expliquent pas leurs maux à des gens qui agissent en tout temps avec eux avec une grande rigueur et dureté, et qui souvent dans leur maux extrêmes les traitent de fainéants et de paresseux. De plus on ne voit pas les signes d'une mort prochaine sur le visage d'un Nègre comme sur celui d'un Français, on ne leur voit pas le tour des yeux abattus, tout cela ne contribue pas peu à surprendre ceux qui sont auprès d'eux, lesquels souvent ne les comptent malades que lorsqu'ils sont morts. »

Les Indiens de la Sinnamary, Journal du père Jean de la Mousse en Guyane (1684-1691)
Introduction, transcription & notes de Gérard Collomb
320 p., 25 € - isbn : 2-915540-09-8 - Editions
Chandeigne www.editions-chandeigne.com

N'oublions pas que l'on dénombre encore 400 millions d'esclaves  par le monde aujourd'hui  comme nous le dit Thalassa