Je vais d'abord laisser la parole à Jean-Marie, un guide du parc régional, ce garçon est une mine de renseignements sur la faune et la flore de sa terre natale.

De nombreux palmiers forestiers fournissent des fruits comestibles.

Notamment le Comou et le Patawa dont la pulpe des fruits écrasée, mélangée à de l’eau et filtrée constitue une agréable boisson. Elle sert aussi pour la fabrication de succulentes crèmes glacées. Le fruit du Comou est oléagineux. Il contient une huile dont la composition est proche de l’huile d’olive.

Prévoteau Jean-Marie.

Je veux aussi dire combien j'ai admiré le travail de recherche de Fleur de sel, qui en peu de temps a vite compris de quoi il s'agissait. Es-tu descendue du palmier ?? as-tu succombé au charme des amérindiens ??...

iles_du_salut_by_louis_033

ce n'est qu'un cocotier, mais je vais chercher un comou pour vous le faire voir!

En voyant ces fruits du comou au marché j'ai pensé que vous seriez aussi curieuses que moi de voir ce que l'on pouvait en faire. Je ne savais pas, quand je suis rentrée à la maison, toute contente avec mes 0.50 centimes de comou en poche, dans quelle galère je m'étais engagée.

Facile m'avait dit la gentille créole, ouai, ouai facile !!!

Ces fruits, de la taille d'une noisette, sont durs comme du bois. Il faut soit les exposer au soleil pour les attendrir (méthode artisanale) soit les plonger dans une eau tiède et attendre qu'ils ramolissent (j'ai choisi cette option)

Ensuite on les écrasse avec une bouteille m'a t'on dit, moi j'ai utilisé mon beau pilon de la foire à la brocante

photos_pour_le_blog_cafecreole_1333  photos_pour_le_blog_cafecreole_1334

A ce stade, j'ai eu la surprise de découvrir un noyau très très dur et j'ai compris que la fine couche de pulpe fibreuse adhèrait fortement  et qu'il s'avérait difficile de la décoller.

J'étais bien contente de n'en avoir pris qu'une dose d'essai.

Après quelques efforts j'en suis venue à bout.

photos_pour_le_blog_cafecreole_13381

voici donc la pulpe enfin détachée du noyau ! un exploit....

Un petit tour dans le robot avec de l'eau comme suggéré; 2 passages au chinois pour filtrer et voici le résultat final :

photos_pour_le_blog_cafecreole_1351

une bouillie fibreuse en résidu inutilisable sauf peut être comme teinture végétale, mais là je laisserai faire les experts.

et un assez joli jus violet

photos_pour_le_blog_cafecreole_1363

Parlons du goût, je n'ai pas les talents d'Emmanuel,  notre distingué sommelier, pour qualifier ce jus.

Alors, voyons, il est rapeux, épais, âcre et même terreux.

Sucrons pour voir, pas mieux, la sensation de terre reste bien présente en bouche.

Franchement ça ressemble à un mauvais médicament.